Bridget Jones et la vraie magie de l'amour

Dernière mise à jour : 12 mai



Esprit de Noël, es-tu là ? Vous souvenez-vous de la première rencontre entre Bridget Jones (la célibataire rigolote et maladroite) et Mark Darcy (l’avocat des droits de l’Homme un brin coincé) ?


Vous le savez, j'aime jouer avec les clichés de l'amour recyclés à l'infini dans notre imaginaire culturel. Et justement, les clichés dans cette scène sont utilisés à contre-emploi, pour l’effet comique bien sûr.


En période de Noël chez ses parents, Bridget, affublée d’un tailleur façon « tapisserie » que vient de lui offrir sa mère, est très maladroitement présentée au fils de leurs voisins, fraîchement divorcé. Celui-ci est de dos quand elle le toise pour la première fois. Quand il se retourne (suspense/ralenti/gros plan/petite musique, est-ce Mr Right ?) … on découvre qu’il est lui-même doté d’un pull de Noël avec un renne, et qu’il se montre très peu avenant.


Pour briser la glace, Bridget se sent obligée de parler (trop), et raconte n’importe quoi. Deux minutes plus tard la sentence tombe : près du buffet, elle l’entend dire rageusement à sa propre mère qu’il « n’a pas besoin d’un rendez-vous à l’aveugle avec une vieille fille verbalement incontinente qui fume comme une cheminée, boit comme un poisson et s’habille comme sa mère ».

Et pourtant, c’est avec tous ces défauts que, quelques scènes plus tard, il déclarera (sans rire) l’aimer juste comme elle est.


Vous noterez que les clichés sur la rencontre parfaite en prennent pour leur grade :

1/ Exit le hasard et la chance. La rencontre est tout sauf fortuite puisque sciemment orchestrée par les deux mamans. (La prochaine fois qu’on vous propose de vous présenter quelqu’un, dites oui, on ne sait jamais).

2/ Le rendez-vous est loin de présenter les conditions parfaites, à une fête de famille au milieu d’une foule de gens prêts à observer la scène (mais pas besoin de décor pour trouver l’amour).

3/ Pas de magie, pas de coup de foudre, pas de fluidité, pas d’évidence (eh non, il n’y a pas qu’une seule façon de tomber amoureux).

4/ Aucun des deux protagonistes n’est à son avantage, bien au contraire (mais bizarrement, ils n’en sont que plus attachants).


Mais étonnamment, je trouve que cette scène est plus réaliste que les habituelles scènes de rencontre dans les films romantiques :

1/ Bridget, prise au dépourvu, est 100% gaffeuse, nature … Et drôle. Totalement authentique, donc. Mark ne risque pas de l’oublier avec cette entrée en matière originale.

2/ Même s’il se montre ronchon, Mark est quand même craquant avec son pull moche de Noël 😉

3/ On note déjà une valeur commune : le sens de la famille - tous les deux ont fait plaisir à leur mère en portant un ridicule cadeau de Noël.

4/ On ne peut pas dire qu’on s’ennuie à ce premier rendez-vous. En spectateurs, nous nous identifions à Bridget et passons par diverses émotions : agacement, surprise, amusement, attirance, gêne, déception.


Au final, aucun des deux ne risque d’oublier cette rencontre (et nous non plus).


Ce qui est réaliste dans cette scène, c’est que dans la vraie vie, la magie de l’amour n’est pas toujours celle qu’on croit. Elle n’est ni dans le décor, ni dans les conditions idéales, ni dans l’apparence physique, ni dans la tenue vestimentaire, ni dans l’évidence au premier regard (même si cela arrive parfois, je vous l’accorde).


La magie arrive EN DEPIT des imperfections, des mauvaises conditions, dans une énergie d’ouverture et de curiosité de l’autre, dans le détail ou la circonstance qui nous fait remarquer cette personne-là plutôt qu’une autre, dans la rencontre authentique entre deux êtres humains, complexes et imparfaits. Avec toutes leurs facettes, même les moins présentables.


Vous en avez assez de jouer les Bridget Jones et de ramer dans votre vie amoureuse ? Vous voulez savoir comment provoquer la vraie magie et créer votre propre « Happy end » ?

Rejoignez sans tarder mon programme « Indépendante ET amoureuse ! » et profitez de l’offre Early Bird jusqu’à vendredi 17 décembre, en suivant le lien ci-dessous :




24 vues0 commentaire