Rechercher
  • Hélène Frébault

FROM HOME WITH LOVE : l'amour en confinement


La courbe du confinement : ressentir, accepter … et réagir


Passée la période d’adaptation en mode équilibriste des premiers jours de confinement, l’envie d’écrire me revient. Il m’aura fallu quelques jours pour maîtriser le bouillonnement intellectuel et émotionnel que cette situation a suscité chez moi, le temps de m’organiser, de m’observer, d’observer les autres, de retrouver mes marques et de distinguer les cadeaux (bien) cachés de cette situation.


Mes deux passions étant les dynamiques de changement et les relations humaines, je devrais être dans mon élément pourtant ! Mais comme tout un chacun, je suis passée par les premières étapes d’une typique courbe de changement : l’incrédulité et le déni (ce n’est pas possible que cela soit si grave ?), l’indécision (devrais-je partir de Paris ?), la peur (comment me protéger et protéger mes proches ?), la colère (mais pourquoi on ne nous le dit que maintenant ?), la tristesse, le découragement parfois. Je connais ces sentiments que chaque changement réactive, a fortiori lorsqu’il est contraint, rapide et inattendu comme celui que nous vivons. C’est humain. Ces étapes sont inhérentes à notre processus d’adaptation.


Ce qui est plus rare en revanche, c’est que nous soyons ainsi tous logés à la même enseigne au même moment, et avec une telle force dramatique. Oui, c’est déroutant et émotionnellement éprouvant. Il faut savoir se donner le temps d’absorber le choc.


Mais je sais aussi que l’on peut trouver les ressources pour sortir plus fort et mieux aligné de ce genre d’épisode. Plus vite on arrive à accepter ce qu’on ne peut pas changer et à apprivoiser l’imprévu, mieux on peut innover, s’adapter, tenir sur la longueur, trouver du sens, agir et rebondir.


Et en effet, il y a déjà eu beaucoup de bonnes surprises au cours de ces derniers jours, des moments d’espoir, d’enthousiasme, de joie et de partage. Individuellement et collectivement, nous sommes vite sortis de notre zone de confort pour trouver des solutions. De nouvelles formes de partage, de soutien, de méthodes de travail, de prises de décisions ont rapidement émergé. Ce qui est incroyable et un peu magique dans ce contexte, c’est que ce qui était inenvisageable hier devient possible du jour au lendemain, sous l’aiguillon de la nécessité, à l’échelle individuelle, de l’immeuble, de la ville, du pays ou des instances internationales.


La vie vient de nous rappeler que le changement vient même lorsque nous ne l’avons pas décidé. Nous n’avons pas le choix de la contrainte, mais nous avons toujours un choix : celui de notre réaction. Alors oui, autant faire de cette période une opportunité de changement choisi, nous rapprocher et mieux nous comprendre, remettre en cause nos certitudes, débrider nos imaginations, revoir nos priorités individuelles et collectives.


Trop optimiste, trop tôt encore ? Il ne s’agit pas de faire l’autruche, d’ignorer la gravité de la situation, ni le fait qu’elle apportera encore son lot de mauvaises nouvelles. Etre optimiste, pour moi, c’est d’abord se préparer à rebondir plus fort quand cela sera possible. Je suis convaincue que l’état d’esprit et l’énergie que nous y mettrons feront toute la différence pour la suite. Certes, nous ne pouvons pas tous sauver des vies autrement qu’en restant chez nous, mais chacun de nous peut aller puiser dans ses ressources de courage, de temps, d’intelligence et de patience.

A situation inédite, amours inédites


Ce que j’aime et ce que je sais faire, c’est accompagner les autres dans le changement, surtout vers une vie amoureuse plus épanouissante. Or, cette période de confinement crée des situations inédites aussi pour nos vies amoureuses. Une des caractéristiques de cette parenthèse « anormale » est que nos vies personnelles, professionnelles et sociales sont, plus que jamais, indissociables. Notre environnement immédiat n’est plus seulement le socle de notre vie quotidienne, mais notre unique horizon pour plusieurs semaines. Pas d’échappatoire, pas de stratégie d’évitement, pas d’activités extérieures pour oublier ce qui nous attend à la maison. Je suis prête à parier que le confinement agira pour beaucoup d’entre nous comme un révélateur et un accélérateur de changement de vie amoureuse.


Personnellement, j’ai dû faire un choix difficile en quelques heures, et me retrouver confinée avec mes deux jeunes adolescents dans mon « home sweet home » que j’aime, proche de ma famille mais… éloignée de mon conjoint. Comme bien des couples qui se retrouvent «séparés de confinement » pour des raisons familiales ou professionnelles, notre challenge est d’entretenir le lien et de l’enrichir à distance, tout en se soutenant et en étant présent émotionnellement l’un pour l’autre. Je suis sûre que cette expérience nourrira nos réflexions pour nos projets futurs.


Pour les couples qui sont confinés ensemble, de nouveaux challenges apparaissent lorsque toute la cellule familliale est présente non-stop et qu’il faut jongler avec les obligations professionnelles de l’un et de l’autre, en télétravail ou sur le terrain. Le tout en assurant une répartition des tâches domestiques et/ou des activités des enfants. Un vrai casse-tête de charge mentale, qui demande dans le couple beaucoup de compréhension, de soutien, de communication, d’empathie, de patience, de recul et d’humour !


C’est pour ceux qui sont heureux en couple une occasion de resserrer les liens, de découvrir en soi – et en l’autre que l’on pensait connaître par cœur – des ressources et des aspects insoupçonnés. Mais pour d’autres couples moins épanouis qui auraient préféré ne pas se retrouver en face à face, avec ou sans enfants, ce huis-clos imposé risque fort d’agir comme un ultime test : « si on survit à ça, on survivra à tout ! »


Certains couples récemment formés ont choisi de faire du confinement la première occasion de vivre ensemble, d’apprendre à mieux se connaître et s’apprivoiser au quotidien. Une période d’essai de la vie à deux, en quelque sorte. D’autres pour lesquels le confinement interrompt une relation naissante ont néanmoins l’occasion rêvée d’approfondir le lien à distance et de prendre le temps de connaître l’autre. La romantique en moi songe que des débuts en confinement feraient une belle « légende fondatrice » de couple … ou comment l’adversité rend l’histoire plus intense !


Et pour les célibataires ? Se retrouver face à soi-même, profiter de ce temps pour soi, tourner en rond, mesurer sa tolérance à la solitude, se rendre compte qu’il est temps de retenter l’aventure de l’amour ? Le confinement rend impossible pour un temps les occasions de croiser de nouvelles personnes, mais rien n’empêche de faire un petit travail d'introspection sur ses envies futures, voire de s’essayer aux rencontres virtuelles - en prenant forcément le temps de mieux se connaître, pour changer !

Agir en confinement, pour quoi faire ?


Vous l’avez compris, pour moi l’action concrète (mais réfléchie) reste la meilleure façon de garder le bon état d’esprit, même de chez soi. Et ce n’est pas un confinement qui va me convaincre qu’il n’y a rien à faire ! La vraie question, c’est « que faire » ? Et de mon point de vue, comment cela vous aidera à avancer dans votre vie amoureuse ?


Plantez maintenant les graines qui pousseront plus tard, en cette période de printemps ! Comme pour ce mini jardin en bocal, vous pouvez cultiver votre zénitude, nourrir votre confiance et votre état d’esprit, faire germer et fleurir votre vie amoureuse (voire retirer les herbes parasites).


Quelle que soit votre situation amoureuse en confinement, vous pouvez trouver vos propres réponses en déclinant les pistes suivantes :


1/ Prenez soin de vous et de votre environnement : corps, santé, nutrition mais aussi lieu de vie - ce que nous trouvons rarement le temps de le faire dans notre vie « normale ». Partagez bien l’espace physique et virtuel. Alternez les moments pendant lesquels vous pouvez vous isoler et les interactions sociales virtuelles - pour le plaisir, pas que pour le travail. Evitez de passer trop de temps devant les informations et prévoyez plutôt des activités qui nourrissent votre état d’esprit : activités manuelles, lectures, films, conférences, ateliers, formations à distance … Traduction pour votre vie amoureuse : vous recentrer sur vous, ne pas vous oublier, exprimer vos besoins, protéger et nourrir votre énergie, prendre votre temps.


2/ Acceptez ce que vous ne pouvez pas changer ni contrôler. Laissez la place à vos émotions sans les juger - elles vous aident à avancer dans votre réflexion, à prendre des décisions puis à passer à l’action. Traduction pour votre vie amoureuse : vous écouter davantage, accepter vos émotions sans agir immédiatement, être honnête avec vous-même d’abord donc plus authentique avec l’autre, lâcher prise quand c’est nécessaire.


3/ Soignez (à distance) vos relations avec vos proches, amis, collègues, clients (et par extension avec les personnes qui aujourd’hui prennent des risques pour nous soigner, nous protéger et nous approvisionner). Respect mutuel et bienveillance sont plus que jamais nécessaires. Faites aussi la différence entre les personnes qui vous donnent de l'énergie et celles qui vous en prennent. Traduction pour votre vie amoureuse : améliorer votre communication et vos compétences relationnelles, poser vos limites, appliquer avec tout le monde les valeurs relationnelles que vous voudriez voir dans votre relation amoureuse.


4/ Ne cherchez pas absolument à calquer votre vie de confiné(e) sur votre vie « normale » - le meilleur moyen de se sentir souvent frustré(e). Soyez créatif(ve) pour organiser votre journée, exercer votre liberté et votre créativité depuis chez nous. Traduction pour votre vie amoureuse : apprivoiser l’imprévu voire s’en amuser, savoir surprendre et vous surprendre, remettre en cause vos a priori sur ce que vous pouvez, savez, devez faire.


5/ Préparez la suite : à quoi aimeriez-vous que votre vie ressemble dans le futur ? Que voudriez-vous davantage dans votre vie et que voudriez-vous moins ? Traduction pour votre vie amoureuse : savoir ce que vous voulez pour la créer vous-même, puis inspirer l’autre à s’intégrer à votre vision.

Finalement, le confinement est une occasion exceptionnelle pour nous tous d’apprendre à vivre vraiment au présent, un jour après l’autre, en arrêtant de penser à comment nous faisions « avant », et de nous inquiéter de ce que nous ferons « après ». Partons à la découverte de nous-mêmes et des autres, en profitant du temps suspendu qui nous est imposé.


Maintenant, vous pouvez AGIR … En restant chez vous !

Pour en discuter davantage et trouver des applications concrètes, participez à mon atelier à distance organisé par le CGBB ce mercredi 1er avril :


FROM HOME WITH LOVE : le confinement, un test pour ma vie amoureuse ?


Pour vous inscrire :

https://www.cgbb.fr/produit/from-home-with-love-le-confinement-un-test-pour-ma-vie-amoureuse/

239 vues
 

Formulaire d'abonnement

Paris

  • Facebook

©2019 par Hélène Frébault. Créé avec Wix.com